[Serie] L'Egypte, 3000 ans d'histoire

Categorie Vidéo 1
Categorie Video 2
Date
1998
Episodes
5
Durée
4:20:00
Type Vidéo





Description - Vidéo

L'Egypte, 3000 ans d'histoire, est une série de cinq documentaires diffusés par National Geographic sur les merveilles de l'Egypte antique, à la lumière des découvertes archéologiques les plus récentes.

Cette série documentaire fait intervenir de nombreux égyptologues de renom qui retracent l'histoire de l'Egypte antique, ses merveilles et ses richesses.

Les reconstitutions en images de synthèse permettent de s'immerger au coeur de cette civilisation disparue. La musique aussi, participe à faire de L'Egypte 3000 ans d'histoire, un document non seulement instructif mais aussi captivant.
 






Détails - Vidéo

E01_Les Rois et le Chaos
E02_Les Pyramides, machines d’éternité
E03_L’âge d’or
E04_Dieux et démons
E05_Post mortem


---L'Egypte, 3000 ans d'histoire E01_Les Rois et le Chaos
Les Rois et le Chaos, est un documentaire (0h50) de la série L'Egypte - 3000 ans d’histoire, qui part à la découverte de la naissance de l'Egypte antique et de ses pharaons, guidé par des égyptologues d’aujourd’hui. Épisode n°1.

Il y a 4 500 ans avant J.-C., l'Egypte n'était qu'un désert aride et inhospitalier, avec un fleuve, le Nil, qui dispensait ses bienfaits dans des vallées alluviales propices aux cultures, là où des hommes s'installèrent et prospérèrent jusqu'à participer à une civilisation puissante.

Ce premier épisode, sur cinq, se déroule dans le Nord-Est de l'Afrique, ou allait naître une des plus grandes civilisations de l'humanité qui allait durer 3000 ans. Deux puissants royaumes ont tout d'abord émergé, la Basse et la Haute-Egypte, bientôt réunis en un seul vers 3 200 avant J.-C.
Le pays tout entier était tourné vers son pharaon, véritable dieu vivant, seul capable d'intercéder auprès des dieux et de tenter de maîtriser le chaos qui s'abattait périodiquement sur une terre soumise aux caprices du Nil et du désert.

L'une des prouesses de la civilisation égyptienne antique est d'avoir élaboré des formules picturales pour toutes les tâches majeures de son souverain. Les égyptiens pouvaient voir sur les murs des temples ce qu'était pharaon et ce qu'il devait faire. Sa mission principal étant de réunir les deux parties du pays.
Si elle était bien réelle pendant les guerres civiles qui sévirent durant les périodes intermédiaires, il s'agissait à d'autres époques d'un devoir mythique, car les égyptiens se sentaient menacés par le chaos et pharaon devait les sauver. Cet événement était représenté par l'unification de la Basse et de la Haute-égypte, symbolisé par deux plantes, une tige de papyrus et un lotus liés ensemble, ou par deux dieux qui bénissent le pharaon. Le titre de Roi de Basse et de Haute Égypte, toujours donné aux pharaons, montre l'importance de cette idée d'unification.

Responsable de l'unification du pays et de sa protection, le maître des deux terres est aussi chargé d'assurer l'ordre universel. La justice, la vérité, l'harmonie, sont personnifiées par la Déesse Maât dont la tête est surmontée d'une plume d'autruche, et qui est parfois représentée uniquement par cette plume.

---Les Pyramides, machines d’éternité
Les Pyramides, machines d’éternité, est un documentaire (0h48) de la série Egypte, 3000 ans d'histoire, qui part avec des égyptologues à la découverte de ces monuments permettant au pharaon de faire le voyage vers l'au-delà. Épisode n°2.

Aux portes de la ville du Caire en Egypte, se dresse la plus ancienne et la seule survivante des sept merveilles du monde antique. Les pyramides de Gizeh furent élevées par des pharaons en quête d'éternité. Pour les pharaons, ces monuments devaient permettre de passer dans l'autre monde. Momifiés, ils étaient inhumés dans une chambre funéraire avec de nombreux objets précieux et parfois, des momies d'animaux.
Ces merveilles qui bordent la vallée du Nil, étaient pour ces rois des lieux de rituels associés au voyage dans l'au-delà.
Les égyptiens croyaient en la résurrection. Conscients de la fragilité de la vie terrestre, les pharaons se sont souvent attachés à préparer la nouvelle vie qui les attendait après leur mort. Leurs rêves d'éternité ont inspiré les monuments les plus gigantesques de l'antiquité.

Dès leur accession au pouvoir, les pharaons se faisaient bâtir leur demeure d’éternité, les tombeaux ou pyramides. En effet, dès le plus jeune âge, l’égyptien prépare sa mort pour accéder à la vie éternelle. Ainsi, il apprend les formules magiques du Livre des morts qui lui ouvriront les portes de l’au-delà.
Les égyptiens pratiquaient ces rites funéraires, un ensemble de cérémonies organisées après la mort, car ils espéraient accéder à la vie éternelle. Ils pensaient que, comme le cycle du soleil qui naît le matin, meurt le soir et renaît le lendemain matin, l’homme suivait un cycle à condition de suivre les règles.
Tous les égyptiens voulaient se faire enterrer auprès de la pyramide royale pour accompagner le roi dans sa vie éternelle. Cette croyance en la vie après la mort conférait un pouvoir sacré au pharaon, et renforçait son autorité.

Les nobles et surtout les pharaons se font construire de prestigieux tombeaux afin de passer une éternité heureuse. Il y eut d’abord les mastabas, des tombeaux rectangulaires, puis les pyramides à degrés comme celle de Djoser. Les pharaons croyaient que leur âme allait rejoindre les Impérissables, ces étoiles du nord qui ne disparaissaient jamais derrière l’horizon. La pyramide à degré peut représenter un escalier menant vers les étoiles. Ensuite, il y a les pyramides lisses ou grandes pyramides comme celles de Gizeh dont Khéops. Ce sont les tombeaux de l’apogée de la civilisation égyptienne, la période la plus brillante et la plus riche. Enfin, il y a les hypogées, pour faire face aux pillages des tombes, mais aussi par soucis de rapidité d’exécution et d’économie, c'est la période de déchéance et de déclin de la civilisation.

Les chambres funéraires regroupaient toutes les richesses dont le défunt avait besoin dans sa vie éternelle. La pièce était décorée de fresque représentant les exploits du mort. Tout était prévu pour qu’il passe une seconde vie heureuse.

---L’âge d’or
L’âge d’or, est un documentaire (0h48) de la série Les bâtisseurs d'Empires, qui revient sur la période de l'Egypte Antique pendant laquelle les pharaons et la civilisation égyptienne étaient à leurs plus hauts niveaux de prospérité. Épisode N° 3.

En Egypte ancienne, la XVIIIe dynastie de pharaons régnait dans la gloire et la richesse. Les objets précieux retrouvés dans les sépultures et les ornements d'or des tombeaux apportent un témoignage de ce passé opulent. Toutefois, seule la tombe de Toutankhamon a été découverte intacte. Pour les autres, le travail des pillards a malheureusement détruit d'innombrables sources. De récentes fouilles ont néanmoins permis de découvrir quelques sites encore intacts qui permettent de se faire une idée plus précise de la richesse des pharaons. En revanche, l'évaluation du niveau de vie de la population s'avère bien plus difficile.

Le Nouvel Empire est la période la plus prospère de toute l'histoire égyptienne. C'est une période de raffinement et d'évolutions qui s'étale sur un peu plus de cinq siècles, formé de trois dynasties, la XVIIIème, la XIXème et la XXème.
L’histoire de la XVIIIe dynastie, durant deux siècles, n’est que celle d’une série de triomphes, aboutissant à l’apogée de la puissance et de la civilisation égyptiennes. Thoutmosis 1er, après plusieurs campagnes en Asie, franchit l’Euphrate, sans doute non loin de Karkémich, l’actuelle Djerablous, et dresse une stèle.
La mort de Thoutmosis II et le règne d’une femme, Hatshepsout, sans interrompre tout à fait les exploits militaires, les laissent en sommeil, mais la Reine, reprenant une antique tradition, organise au pays d’Oponé une expédition fructueuse qui rapporte à Thèbes, or, ivoire, bois précieux, plumes d’autruches, peaux et arbres à encens.
A la mort de la Reine, un enfant royal, Thoutmosis III, choisi depuis son enfance par le dieu Amon pour être Roi mais maintenu dans l’ombre par sa despotique tante souveraine, efface le nom de celle-ci sur les monuments qu’elle avait construits, les détruit et les remplace par les siens. Doué d’une volonté et d’une ténacité rares, il reprend les opérations militaires au Soudan et atteint la quatrième cataracte, en annexant pratiquement le pays. En Asie, au cours de dix-sept campagnes, il remporte une victoire à Meggido, et, le terrain libéré, remonte peu à peu vers le Nord, franchit l’Euphrate et retrouve la stèle érigée par son aïeul, Thoutmosis 1er.

Durant les deux dynasties suivantes, aux XIIIe et XIIe siècle av. J.-C., le niveau de la culture demeure élevé et l’art produit toujours des chefs-d’œuvre. L’Empire, partiellement reconstitué, demeure puissant, les pharaons guerroient et se font creuser de somptueux tombeaux dans la vallée des Rois, mais deux faits importants demeurent des signes avant coureurs de la décadence à venir.
Le premier est d’ordre extérieur. A deux reprises, sous Minephtah d’abord puis sous Ramsès III, les peuples de la mer, confédérés, fuyant une nouvelle poussée indo-européenne venue du Nord, attaquent l'Egypte. Celle-ci a encore la force de les repousser mais l’avertissement est sérieux, car la lutte fut dure et presque indécise.
Le second fait est plus grave, parce qu'il témoigne d’une décomposition intérieure. Le dernier des grands Rois d’Egypte, Ramsès III, après un règne de trente ans, se vit en butte à une conspiration dans son harem. Les juges eux-mêmes se laissent corrompre par des comparses et se retrouvent au banc des accusés. Un pareil scandale trahit une société ruinée du dedans, par le refus de subordonner au bien public les intérêts particuliers, et c’est un indice évident de dégradation. La moralité individuelle n’est guère meilleure, car peu de temps après le drame de la succession royale, un prêtre réussit à voler les biens du dieu, à corrompre des femmes mariées, à mettre à mal ceux qui tentaient de le ramener au devoir. Traduit en jugement, il dut être acquitté, car on le retrouve plus tard nanti de grades supérieurs à ceux qu’il possédait au temps du procès.

Pourtant, après l’épisode d’Amarna, la renaissance de l'Egypte avait été brillante. Séthos 1er avait repris les armes en Palestine, et Ramsès II avait même tenté de reconstituer l’empire de Thoutmosis III en ayant remporté sur les hittites, durant la cinquième année de son règne, près de Qadech sur l’Oronte, une victoire que les écrivains du temps chantèrent en un poème épique. Comprenant que les événements internationaux de l’Asie antérieure jouaient un rôle de plus en plus important, il transporta sa capitale à l’Est du delta, à Pi-Ramsès, que construisirent en partie les hébreux installés dans les parages. Peu à peu cependant, il substitua la diplomatie à la guerre et, quatorze ans après la bataille de Qadech, il signait avec Hattousilis, Roi des hittites, un traité célèbre dont le texte nous est parvenu en égyptien et en akkadien, et alla même jusqu’à épouser une princesse hittite...

---Dieux et démons,
Dieux et démons, est un documentaire (0h47) de la série L'Egypte, 3000 ans d'histoire, qui présente le culte égyptien et celui des Pharaons, ses divinités et ses mythes, ainsi que les rituels pratiqués à l’intérieur des temples.
 
Les égyptiens de l'antiquité étaient polythéistes. Les dieux égyptiens étaient la personnification des éléments naturels, des événements de la vie et des sentiments. Ainsi, le panthéon égyptien fut l'un des plus imposants de toute l'histoire avec plus de sept cents divinités.
Au temps des Pharaons, afin de combattre le chaos, les humains transformaient leurs peurs en une multitude de divinités complexes et mystérieuses, leur attribuant à chacune un nom, et au-dessus de toutes, le dieu Soleil Rê, créateur des divinités de l’air, de l’eau et de la terre. Chaque matin, il ressuscite du royaume des morts, traversé pendant la nuit, renouvelant ainsi le cycle perpétuel de la création du monde.
Aidé des prêtres, le Pharaon est le seul capable de communiquer avec les dieux. Toutes sortes de commerces et de prières voient alors le jour : Prières aux défunts, culte des animaux, interprétation des rêves, amulettes.
La forte mortalité infantile faisait croire au égyptiens que la naissance des enfants était menacé par des démons. Ils entouraient donc l'accouchement et le nouveau né de rituels, amulettes et autres incantations destinés à apporter la protection des dieux.

Dans l'univers religieux des anciens égyptiens, une divinité peut être créée en fusionnant deux ou plusieurs dieux, comme par exemple Ptah-Sokar-Osiris, où Osiris a été associé à Ptah-Sokar, lui-même une fusion de Ptah et de Sokaris. Cependant, les dieux ne faisaient parfois qu'un, à la fois multiples et uniques.
Investis de pouvoir surhumains et dotés de défauts humains, ils pouvaient prendre des formes variées et parfois plusieurs pour une seule comme Atoum en serpent, chat, singe ou scarabée, ils pouvaient être figurés complètement anthropomorphes, humains à tête d'animal comme Sekhmet ou Harsaphes et à l'inverse Sphinx ou Ouadjet, entièrement zoomorphes tel que Oupouaout ou Hedjour, et même prendre l'aspect d'un végétal à l'image de Nout ou Néfertoum, voire d'un symbole ou d'un objet avec Shou en colonne d'air ou Meskhenet en brique. Les divinités étaient omniprésentes.

Pendant la période prédynastique, l'Egypte voit coexister plus ou moins pacifiquement des clans qui possèdent chacun un territoire, mais aussi des valeurs et des croyances propres. Chaque clan est sous la protection d'une entité tutélaire. Les membres du clan Gazelle ont par exemple établi une nécropole des ancêtres gazelles à Badari et à Héliopolis, ce qui n'est pas sans rappeler les sépultures de chats ou d'ibis ultérieures.
La zoolâtrie, à l'origine des futurs divinités thérianthropes, comme le dieu Anubis, s'est manifesté également à Nekhen, où avaient été inhumés un taureau et un éléphant.
Durant les trois mille ans qui suivirent, la religion égyptienne n'a que peu évolué, cependant, selon les périodes, certains dieux sont devenus prédominants alors que d'autres passaient au second plan.

Au Nouvel Empire, Amon, Rê et Ptah, devinrent les dieux les plus importants, avec la montée en puissance des villes de Thèbes, Héliopolis et Memphis. De plus, chaque culte étant originaire d'une région différente, la place de chaque dieu variait aussi selon la région. Le territoire de l'Egypte pouvait être défini par ses dieux, regroupés en triades ou en familles, voire en clans ou en associations d'affinités.

---Post mortem
Post mortem, est un documentaire (0h52) de la série L'Egypte, 3000 ans d'histoire, qui explique les rites égyptiens autour de la mort et de l'embaumement, grâce à l'analyse médicale de momies effectuée par des scientifiques, reconstituant la momification.

En octobre 1997 au British Museum de Londres, et sous haute surveillance, une ambulance quitte les salles égyptiennes pour l'hôpital. La momie qu'elle transporte, celle d'un ­jeune romain qui aurait vécu au IIe siècle av. J.-C., va subir un examen. Sans ouvrir le sarcophage, les scientifiques font apparaître une image en trois dimensions qui permet de comprendre les causes du décès, survenu il y a plus de vingt siècles.
En plus de retracer l'histoire et les enjeux de la pratique de l'embaumement, le documentaire nous offre un moment exceptionnel, celui de la reconstitution d'une momification. On estime aujourd'hui que, sur une période de trois mille ans, environ cinq cents millions d'égyptiens ont ainsi été incisés, éviscérés, puis recouverts de fines bandelettes de lin.

Les médecins égyptiens représentaient une élite bureaucratique, qui dès l’Ancien Empire, est célèbre et réputée dans tous les pays environnants, y compris à Sumer. Cette renommée ne faiblira pas, et même les grands Rois Perses auront des médecins égyptiens dans leur suite.
L’homme est considéré comme le réceptacle des forces vitales de l’Univers. Il doit donc se maintenir en harmonie avec le cosmos, ou plutôt avec le "corps" de l’Univers créé. Dès lors, une maladie sera considérée comme la rupture de cette harmonie. Le rôle du médecin est donc de la rétablir, en combattant les causes constatées du désordre.

Pour le peuple égyptien, la mort n’est pas une fin en soi, mais plutôt un passage menant à la vie éternelle. La momification dans l'Egypte antique s'inscrivait dans un rituel funéraire, et la conservation du corps était un symbole très important.
La destruction de celui-ci représentait un risque très grave, car les égyptiens croyaient en l'immortalité. La mort représentait la séparation entre le support matériel et les éléments immatériels : Le "ba", qui correspond à l'âme, et le "ka", qui représente l'énergie vitale. Il fallait donc que le ba et le ka, au réveil de sa nouvelle vie, puissent réintégrer le corps, préalablement conservé. La momification avait comme but principal de purifier et de rendre divin le corps pour que celui-ci devienne un Osiris.

Les momies offrent une formidable occasion, pour les scientifiques, d'étudier la vie des hommes dans le passé. La structure des os et l'observation du développement des individus, de même que l'état de la dentition, donnent des indications sur les maladies héréditaires et la nutrition.
C'est également sur des momies et des cadavres exhumés que l'on s'est aperçu que les égyptiens procédaient à des opérations sur le cerveau. Des trépanations ont été pratiquées sur des sujets vivants et l'on sait qu'ils ont survécu aux interventions.

Aujourd'hui, les momies ne sont plus de simples objets de curiosité, des monstres ou même des objets d'art, car les morts assistent dorénavant les vivants. Les scientifiques actuels se servent en effet des momies pour étudier les maladies anciennes, certaines opérations chirurgicales, ou le réglage de machines d'investigation dans le corps humain.
Les momies oeuvrent donc pour la science médicale de demain et cela n'aurait pas été pour déplaire aux anciens égyptiens, qui accèdent ainsi à une immortalité qu'ils convoitaient tant.